Car scolaire : informer et prévenir des dangers

Le Département alerte les collégiens sur les risques encourus à la montée et à la descente du car scolaire.


Un constat simple, mais dramatique : la majorité des accidents scolaires a lieu à la montée ou juste après la descente de l’autocar, lors de la traversée de la voie publique. C’est la raison pour laquelle le Conseil départemental d’Indre-et-Loire a créé un visuel à destination des enfants. Celui-ci doit les sensibiliser à être très vigilants.
 
Les messages sont clairs pour prendre conscience des zones de danger autour du véhicule : « Pour traverser, mieux vaut attendre le départ du car » et « Parents, placez-vous du bon côté de la chaussée ».Les services de transport scolaire acheminent environ 21 000 élèves, dont 17 000 sur les services spéciaux et desservant chaque commune d’Indre-et-Loire, (3 500 sur le réseau Touraine Fil Vert et 420 élèves étudiants handicapés par taxi) transport reste le moyen le plus sûr pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée, loin devant les autres modes de déplacement.
 
Les accidents mortels surviennent très rarement en circulation. C’est la raison pour laquelle ce nouveau message porte sur le moment de la montée ou de la descente du véhicule. Ces accidents ne sont pas les plus nombreux, mais incontestablement les plus dramatiques en termes de lésions corporelles.

PRÉVENIR

Le scénario le plus courant est celui de la traversée devant ou derrière le car à l’arrêt alors qu’un autre véhicule le dépasse ou le croise. C’est ce que rappelle régulièrement l’Association nationale pour les transports éducatifs de l’enseignement public (ANATEEP), partenaire du Conseil départemental. Même à faible vitesse, l’automobiliste n’a pas le temps de s’arrêter. Le choc est inévitable.
Rappelons également que l’usage d’écouteurs accroît le risque de collision en coupant l’élève de son environnement.

En pratique

La sécurité des élèves acheminés quotidiennement vers leur établissement reste prioritaire ; et ce, dans tous les domaines relatifs aux transports scolaires. La sécurisation des quelque 3 000 points d’arrêt figure parmi les chantiers permanents engagés depuis plusieurs années. Les services routiers du Département ont quasiment achevé un très gros travail de diagnostic. Depuis 2011, ils ont parallèlement réalisé des aménagements et travaux sur une soixantaine d’arrêts pour plus d’1,2 M €. Un grand nombre a été équipé de panneaux de signalisation.

Actu en images Int

Les e-services

Encart actualités droit

Actualités
Exils, Et si on en parlait ? Du 16 mars au 16 avril 2017
Documents utiles
Twitter Facebook